Trio Arthur Grumiaux

Trio clavier Arthur Grumiaux : Luc DEVOS pianiste, Philippe KOCH violoniste, Luc DEWEZ violoncelliste

fr   nl

Une valeur sûre Julián Carrillo. 31 janvier 2016 La Coruna 19 janvier 2016

Dans la musique, comme à la bourse, il y a des valeurs en poussée, d’autres dont la cotisation est à la baisse et d’autres qui, sans heurts, entretiennent une rentabilité sûre. Sans les grands foyers de la nouveauté et le bruit dans les médias mais avec cette rentabilité-musicale dans ce cas-que nous souhaitons tous et qui ne rate jamais sa cible dans le cas du trio grumiaux (Philippe Koch, violon, Luc Dewez, violoncelle, et Luc Devos , piano), Protagoniste de ce concert.
Assidus visiteurs de la Corogne, quand ils jouent pour la philharmonique dans le théâtre Rosalie Castro vient avec l’oreille et le moral détendus ; leurs composants ils laissent toujours un sympathique saveur de bouche à L’Auditorium. Et ce s’il le fait toujours savoir avec ovations chaudes et avec cette expression de grande satisfaction que l’on peut entendre sur les mots et de lire sur les visages de l’orchestre philharmonique coruñeses dans les pauses et à la sortie de vos concertos ici.
L’ordre du jour du mardi 19 janvier était de ceux qui, a priori, éveille de grands espoirs : dans la première partie, tristia de la vallée d’ obermann, de Ferenc Liszt, et eltrío en mi mineur "Dumky", De Antonin Dvorak. Dans la deuxième, le trio en sol mineur du père du nationalisme musical tchèque, Bedrich Smetana. Ces attentes ont été largement satisfaits par la qualité de la musique et pour la splendide interprétation qu’il a fait d’elle le trio grumiaux.
Grumiaux a tous les ingrédients de la recette d’un grand trio. Entre les purement techniques, son accordage est parfaite ; le son est idéalement épais ; leur conjonction rythmique est totale et montrent leur compréhension, pratiquement sans échanger des regards. C’est comme une direction commune dans laquelle chacun marque l’entrée quand lui revient et les deux autres le comprennent, juste avec un regard en coin, mais avec une grande efficacité de précision rythmique.
Si nous ajoutons à cela la doigtés de koch et la polyvalence des coups d’arc de koch et Dewez, il est clair que le trio grumiaux est capable d’affronter et de surmonter les exigences techniques et stylistiques de n’importe quel répertoire. En ce qui concerne cet, leurs interprétations sont adaptées à chaque compositeur et savent garder ce juste milieu entre la fidélité à la partition et la personnalité du trio. Que, quand on est sur le point de s’acquitter de vingt-cinq ans en tant que tel, il est beaucoup plus que la somme de la de chacun de ses composants.
C’est ainsi que l’obscurité du initiale de votre liszt rejoint la force dramatique de ses unísonos de violon et violoncelle et celle des imitations et des échos de votre écriture pour donner suite à l’esprit de poème symphonique qui, tel un fleuve souterrain, Il se cache sous les notes de cette partition.
En Dvořák, le répété contraste entre la placidité paysanne des dumky et le rythme plein de palpitante et notes à contretemps de ses plus que dansantes furiant déplacé à L’Auditorium aux terrains du meilleur folklore d’Europe centrale, que l’inspiration de l’auteur de la symphonie du nouveau Monde élevé à la catégorie de grande musique. L’enthousiasme du public, croissant après chaque pièce de l’ordre du jour, s’est multiplié, à la fin de ce et de la pièce avec laquelle le trio belge a correspondu à la chaleureuse ovation de Rosalie.

Como en casa Julio Andrade Malde 23.01.2016 | 01:10

El martes 19, el mismo día del concierto, los componentes del Trío Grumiaux se desplazaron desde Bélgica hasta nuestra ciudad ; el 20, retornaron a su país. Hicieron el viaje exclusivamente para su actuación en A Coruña porque aquí se sienten como en casa. De hecho, concluido el acto musical, se dirigieron directamente a una conocida jamonería de la calle de La Franja para reponer fuerzas tras un concierto agotador. Como verdaderos conocedores. Para el público coruñés son ya como de la casa porque han venido varias veces y siempre recibidos con gran entusiasmo. El pasado martes no fue una excepción. Realizaron un precioso y original programa con dos tríos que se interpretan raramente -los de Smetana y Liszt (insólito, sobre todo este último)- y el maravilloso trío de Dvorak, que lleva el sobrenombre de Dumky. Koch, Dewez y Devos fundaron el Trío Grumiaux en 1992, de manera que tocan juntos desde hace 24 años. Eso se nota en la perfecta sincronización, la exactitud y el impecable balance sonoro. Los tres son extraordinarios como intérpretes individuales e integran un verdadero conjunto de cámara : equilibrado, preciso y de excepcional calidad tímbrica. El público aplaudió con calor y además en progresión ascendente, como un largo regulador del volumen que ponderase la intensidad de los aplausos y de las exclamaciones de aprobación. Tales manifestaciones, que alcanzaron su máxima intensidad tras el Trío de Smetana, fueron correspondidas con un bis maravilloso : el primer movimiento del Trío con piano número 1 en Re menor, opus 49, de Mendelssohn, tocado con una enorme intensidad de sentimiento.

Le Trio Grumiaux en toute sérénité

G. Fauré, Trio à clavier opus 120 ; C. Debussy, Trio à clavier en sol ; J. Jongen, Deux pièces en trio
CD Klara MMP036 ; 11/02
5 étoiles dans « Pizzicato », jan. 2004

Le Trio Grumiaux, composé de Philippe Koch, violon, Luc Dewez, violoncelle et Luc Devos, piano, joue sur ce CD un programme remarquablement cohérent tant au niveau des styles qu’à celui des expressions. Dès le premier mouvement du Trio de Gabriel Fauré on est frappé par la beauté et surtout l’homogénéité des sonorités. Les riches thèmes du trio de Fauré sont phrasés avec un souffle et une souplesse qui préservent le flux et l’expression naturels de la musique, ce qui me paraît correspondre à merveille aux intentions du compositeur. Fauré n’a jamais été un homme de grands élans, des réactions vives. C’est donc avec les condiments harmoniques de son œuvre qu’il faut jouer plutôt qu’avec des contrastes de dynamique.
Ceci vaut également pour le premier trio de Claude Debussy composé à l’intention d’un trio recruté par Madame von Meck, la bienfaitrice de Tchaikovsky. Le jeu pur et subtilement colorié du Trio Grumiaux tend vers un équilibre qui met en lumière le charme de la composition en même temps que sa densité, particulièrement frappante dans les sections où le violon et le violoncelle évoluent en parallèle – ce qui réussit à Koch et à Dewez comme s’ils jouaient d’un seul archet.
Deux pièces de Joseph Jongen complètent agréablement ce très beau CD qui impressionne par le climat de communion sereine et raffinée qu’entretiennent les trois musiciens du Trio Grumiaux.

Trio Grumiaux entre fougue et émotion

… Voici un trio à clavier dont les instruments à cordes savent imposer une présence très sonore, aux côtés d’un piano virtuose et scintillant. …Voilà un ensemble à suivre en concert et dont la discographie va s’étoffer sous peu. Michel Debrocq
… et qu’on admire, immédiatement, la prafaite cohésion des trois musiciens : chaque instrument ressort clairement, aucun ne prend le pas sur les autres, et la cohérence du discours est parfaite. Nicolas Blanmont "La Libre Belgique" 17 août 1995

Le Festival de Stavelot sur sa lancée

.
Les éblouissements de la musique de chambre dans un cadre enchanteur

… En deuxième partie de soirée, le Trio Arthur Grumiaux, nous a fait le cadeau d’un très beau moment de bonheur musical, avec le "Trio en ré mineur" d’Anton Arensky, une oeuvre que les trois musiciens possèdent parfaitement. Manifestement, ils trouvent toujours autant de plaisir à la jouer, ainsi que nous l’a montré avec éclat cette fin de soirée éblouissante, mariage de la rigueur et de la spontanéité, de l’équilibre formel et de la sensualité sonore et mélodique la plus séduisante.
Michel Debrocq in "Le Soir" 19 août 1995

Une ampleur sonore ineffable. Le Trio Grumiaux et l’altiste Paul De Clerck au Festival d’Echternach

… C’est toutefois dans l’exécution des oeuvres de Schumann et de Brahms que le Trio Arthur Grumiaux atteignit le sommet de sa maîtrise instrumentale et de sa profondeur expressive. … le jeu des musiciens trouvait l’adhésion enthousiaste des auditeurs. Ce rondo final fut donné en bis à la plus grande joie d’un public conquis par la musicalité généreuse des artistes.
Hilda van Heel in "Kultur", 27 juni 1997

Festival d’Echternach - Le fantôme d’Arthur Grumiaux

… Quant au violon de Philippe Koch, son sens de style, sa grâce discrètement épanouie, sa profonde humanité, trouvant ici un terrain idéal pour s’exprimer, ne sont pas sans rappeler l’interprète mozartien par excellence que fut le légendaire violoniste belge Arthur Grumiaux, dont il fut l’un des plus brillants élèves.
José Voss in "Letzeburger Land" van 27 juni 1997

Ein blendendes "Trio Grumiaux" - Konzertabend im Auditorium des Escher Konservatoriums

… Der kultivierte, sinnliche Ton der Streicher und der glasklar konturierte Klavierpart bestätigten den herausragenden Standard des Ensembles in undiskutabler Manier. Der hochdifferenzierten, zeichnerischen Faktur des Ravel-Werkes blieben Philippe Koch, Luc Dewez und Luc Devos nichts schuldig. Der Ablauf sprühte nur so von Farbwechsel, und auch die rhythmischen Subtilitäten der Partitur kamen ebenso sinngebend wie wirkungsvoll heraus. Andererseits begegneten die drei überlegenen Instrmuentalisten auch den poetischen Aussagewerten mit einem Maximum am Konzentration und an Klangqualität.
Loll Weber

Une révelation : le trio à clavier Arthur Grumiaux CD Ricercar 206292 Arensky – Smetana

... Incontestablement nous sommes ici en présence d’une interprétation qui comble le plus difficile des auditeurs. Le "Trio Arthur Grumiaux" avec au pupitre de violon Philippe Koch, a signé là une production de haute beauté. A recommander très chaudement !
Loll weber in "Luxemburger Wort" van 27 april 1994

Arthur Grumiaux Grumiaux selon Frédéric van Rossum

Mercredi soir, au Conservatoire, Le Trio Arthur Grumiaux et Ronald van Spaendonck ont créé le Quatuor dédié par Frédéric van Rossum à la mémoire du grand violoniste belge.
Appuyée sur un travail de préparation mené avec sérieux, l’interprétation s’est épanouie dans uner expressivité très colorée, arc-boutée sur une contruction formelle fermement établie. Les musiciens du Trio Grumiaux s’y sont investis avec enthousiasme et l’on a pu goûter sans réserve, une fois encore à la musicalité raffinée de Ronald van Spaendonck.
Le Soir 6 oktober 2000

Quand trio rime avec brio

... elle fut de marque, le prestation de Luc Devos (piano) et Luc Dewez (violoncelle), tous deux transfuges du Trio Amati, possédant l’expérience d’une équipe chambriste aguerrie, à laquelle l’adjonction du violoniste au talente confirmé qu’est Philippe Koch, Konzertmeister de l’Orchestre Symphonique RTL et - faut-il le rappeler ? - ancien brillant disciple d’Arthur Grumiaux, ne manqua pas d’assurer un haut niveau artistique.
José Voss in "Letzeburger Land" van 17 februari 1995

Camille Saint-Saens - Pianotrio’s - Trio Grumiaux - Talent Dom 291066

Het Trio Grumiaux heeft met deze trio’s duidelijk een lange weg afgelegd : hun samenspel is meestal voorbeeldig en ze benadrukken het contrastrijke en vaak ook emotionele karakter ervan. Het heldere, prominente pianospel van Luc Devos is in het bijzonder een streling voor het oor. Weinig opgenomen muziek in een overtuigende uitvoering van eigen bodem.
Muziek & Woord - Avril 2001

… Et c’est tout le talent du Trio Grumiaux d’avoir parfaitement pu ressentir les atmosphères si divergentes de ces deux trios. Légère et insouciante dans l’opus 18, mais extraordinairement précise, ce qui multiplie le plaisir de l’auditeur, son interprétation se fait soudainement grave et tendue dès l’ample introduction de l’opus 92. Cette version surclasse donc sans peine la version dominante précédente, celle du Trio Ponti - Zimansky - Polasek (Accord). Recommandé.
Crescendo - avril - mai 2001

… les deux trios à clavier enregistrés par des artistes qui savent traiter Saint-Saëns à sa juste mesure, sans le surcharger, ni le passer à la brillantine. … Un beau disque, superbement interprété avec un parfait sens des équilibres, et bien enregistré en plus.
Mai 2001

… Het Belgische Trio Grumiaux speelt heel goed en homogeen, en laat zich duidelijk door de kwaliteit van de muziek beïnvloeden. In het tweede trio vliegen de vonken er vanaf. Alleen al voor dit stuk is deze CD een aanschaf waard.
Mai 2001

Musica Flandrica

Musica Flandria engageerde dit Trio op zaterdag 10 februari. De kerk te Woumen leent zich uitermate voor kamergezelschappen. Al klonk de piano in het begin wat te wollig, toch kon dit drietal zich al vlug aanpassen. In een onfeilbare techniek loodsten ze ons doorheen trio’s van Beethoven, Saint-Saëns en Dvorak. Het was alsof ze met vieren op het podium zaten : de viool, de cello, de piano en de componist zelf. De interactie tussen de spelers was smetteloos, de muziek parelde over ons heen. Dit was één van de mooiste concerten van de afgelopen jaren. Als bisnummer gaven ze nog een stuk van Schubert ten beste. Devos, Dewez en Koch deden Arthur Grumiaux alle eer aan.
E-zine Het Hemelbed 2001

Juillet Musical à Libin. Un concert au salon avec le Trio Grumiaux

… Le Trio a pu rendre la tendresse et la sensibilité de la partition tout en laissant éclater une certaine fougue, lorsque l’occasion s’en présentait. Chacun dans sa partie s’est fait l’interprète sensible ; élégant et respectueux de cet éclat intérieur qui caractérise la musique de Clara Schumann. … Avec beaucoup de goût, le Trio Grumiaux a contribué à faire de cette musique " charmante " une chose digne de survivre ! … Le public de Libin a vibré, emporté par l’élan follement romantique de ces pages pétillantes.
Helen Natal, Juli 2002

Französische Kammermusik mit dem Klaviertrio Arthur Grumiaux

Feinste Klangewebe in Kolorit
Intonierten Elégie Nocturale JongensSinn für geschmeidige Melodik, feines Kolorit und Bündigkeit zeigten - vom ersten gläsernen Streicherton über den Klavierfiguren bis zu dem in höchsten Sphären entschwindenden Geigenton. Kontrastvoll dazu das in strotzender Energie anhebende Allegro appassoinata, das bald Violine und Cello vor dem Klavierhintergrund singen liess.… Die drei Künstler wurden mit immensem Beifall gefeiert. Dafür gab es noch einem Klaviertrio-Satz von Clara Schumann.
Rheinische Post, 11 Oktober 2003
Enorme Klangpracht

Reihenkonzert – Klaviertrio Arthur Grumiaux mit ansprechendem Programm

Philippe Koch, Violine, Luc Devos, Klavier, und Luc Dewez, Violoncello, durch Tourneen in Deutschland und der Schweiz, sowie zahlreiche Rundfunkaufnahmen bekannt, liessen auch in Kleve beim 2. Reihenkonzert ihre internationale Klasse erkennen. … In Ravels Klaviertrio wird der Zuhörer von einer enormen Klangpracht regelrecht überschüttet. Dabei dominieren starke rhythmische Akzente. Das Klavier hat – besonders im letzten Satz – starken Anteil am Gesamtgeschehen.
NRZ, 9 Oktober 2003

Tres eran tres - Julián Carrillo

A Coruña, 26/02/2002. Teatro Rosalía Castro. Sociedad Filarmónica de La Coruña. Séptimo concierto de la temporada 2001/2002, y 991º de la sociedad. Trío Arthur Grumaux. Programa : Rachmaninov, ’Trio Elegiaco nº 1 en Sol menor’. Shostakovich, ’Trío para piano nº 2 en Mi menor, op.67’. Arensky, ’Trío para piano en Re menor, op. 32’.

Tres músicos belgas, Philippe Koch, Luc Devos y Luc Dewez, crearon en 1992 el Trío Arthur Grumiaux, con la intención de compartir sus experiencias musicales, lo que atrajo el interés de la Fundación ’Barón Arthur Grumiaux’, que desde entonces les permitió usar el nombre del violinista belga y ha encargado obras para el trío a diversos compositores.El trío de violín, chelo y piano es una de las formaciones camerísticas más versátiles, por su capacidad de integrar y diferenciar los timbres propios de cada instrumento. Los componentes de ’Grumiaux’, en un programa con tres compositores rusos de los siglos XIX y XX, Rachmaninov, Shostakovich y Arensky, demostraron un buen entendimiento entre ellos con excelente conjunción y empaste de sonido. Pero, sobre todo, una coherencia en la interpretación que es muestra de su trabajo común. De ese trabajo en el estudio, de las muchas horas de búsqueda que son, precisamente, el mayor gozo para quien hace música de cámara.Su sentido del drama en el Trío Elegiaco de Rachmaninov, en el que el efecto siempre algo histriónico de los unísonos fue debidamente resaltado, su capacidad de recrear la inquietud de las disonancias en el ’Andante’ del Trío de Shostakovich o de contrastar el punto irónico con un gran dramatismo en el ’Allegretto’, fueron sólo algunos de los innumerables momentos que regalaron a los asistentes al Rosalía.Y hay que romper aquí una lanza a favor de un grupo de melómanos que vienen manteniendo viva la llama de la música de cámara en La Coruña. El público de los conciertos de la Filarmónica nunca es muy numeroso. Un centenar arriba o abajo, suele ser el número de asistentes. Pero son, sin duda, un espejo en el que deberían mirarse tantos espectadores de conciertos que uno se encuentra en tantos conciertos ’de los grandes’.Su nivel de escucha es de esos que se perciben cuando se está sobre el escenario : un vibrante silencio, una atención exclusivamente centrada en el artista, discreción en las toses, que, por cierto, no estallan después de cada movimiento de las obras, aplausos entusiastas (o significativos y corteses silencios) al finalizar la ejecución. Todo ello viene siendo premiado este año con una temporada más que notable. A vuelapluma, Coddispotti, Coruña Brass, Cuarteto Tartini, Dúo Moriatov, Noneto Checo, y alumnos premiados del Conservatorio de La Coruña han ido conformando un nivel de calidad que hay que resaltar.Como debemos entre todos luchar por mantenerlo y aun elevarlo para la próxima temporada, en que se celebrará el concierto nº 1000 de la Sociedad. Desde aquí pido a la directiva de la Sociedad Filarmónica el máximo esfuerzo, y a las instituciones el mayor apoyo, para que tan significativo momento pueda ser celebrado con la dignidad y óptimas condiciones artísticas que merece.
Este artículo fue publicado el 08/03/2002

Concierto del Trío Grumiaux - ( 24/11/2010 ) - A Coruna

Ante un numeroso público, tuvo lugar el pasado día 23 de Noviembre el concierto ofrecido por el Trío Grumiaux, compuesto por Luc Devos (piano), Philippe Koch (violín) y Luc Dewez (violonchelo). Estos grandes intérpretes belgas, ya conocidos por los melómanos coruñeses por actuaciones anteriores en nuestra ciudad (recordamos la del 26-2-2002), ya se habían presentado en nuestra Sociedad el 14-3-1991 como Trío Amati, siendo su violinista entonces Charles Wieder. Lo cierto es que en esta ocasión, han cuajado una interpretación que, sin hipérbole, podemos calificar de auténticamente memorable. Los platos fuertes del programa, los tríos de Beethoven y Brahms, obtuvieron unas versiones del más alto nivel artístico, penetrando en la íntima esencia de la personalidad de cada uno de estos grandes compositores, algo que muy pocos intérpretes consiguen y que constituye, a la postre, la diferencia entre lo bueno, o incluso muy bueno, y lo excepcional. En suma, una de las grandes veladas musicales que marcan un hito en la actividad musical de una ciudad y de la que nos congratulamos haber podido disfrutar.